SDLFO, des nouvelles.

Bonjour à toute et tous,

Nous vous annonçons avec regret que les Semaines de la Folie Ordinaire Franciliennes sont reportées en raison de l’épidémie en cours.
Nous pensons bien à toutes les personnes qui peuplent le paysage de la Folie Ordinaire. Nous nous retrouverons dès que la situation sera plus propice.

Poursuivons la création d’espaces de solidarité et des temps d’échanges entre les lieux ! Merci à celles et ceux qui les habitent. Restons en lien !

Commission contre les outils gestionnaires du Printemps de la Psychiatrie

Le mardi 24 mars au Shakirail – Paris 18e

Commission contre les outils gestionnaires du Printemps de la Psychiatrie : « Comprendre la logique gestionnaire à l’aune du Recueil d’Informations Médicales en Psychiatrie (RIM-P) et se donner les moyens de lutter contre l’informatisation et la marchandisation des soins psychiques. »

La Commission Action Contre les Outils Gestionnaires du Printemps de la Psychiatrie s’est créée en 2019, à la suite des différentes mobilisations qui ont eu lieux ses dernières années dans les secteurs de la psychiatrie, du social et du médico-social.

Nous nous sommes retrouvés dans cette Commission autours de mêmes questionnements. A quoi servent véritablement ces logiciels tels que Cortexte, Isis, Cosmo ou encore Siao ? Comment comprendre leur développement exponentiel qui envahit les lieux d’accueil, de soin et d’accompagnement social ?

Nous sommes de plus en plus nombreu.x.ses à prendre conscience des aspects intrinsèquement néfastes de l’informatisation de nos secteurs et des pratiques de recueille de données médicales dont ils permettent l’intensification et la généralisation. Au sein de la commission, nous tentons depuis plusieurs mois de comprendre et d’analyser les logiques et stratégies qui motivent nos gestionnaires à nous imposer ces logiciels informatiques qui, par ailleurs, n’ont jamais été revendiqués par aucun professionnel dans aucun mouvement social tendant à l’amélioration des conditions de travail en Psychiatrie. Nous savons qu’en revanche, ces logiciels demandent toujours plus de temps pour être remplis détournant les soignants du cœur de leur métier : la relation avec les patients et le travail clinique reposant sur les temps d’élaboration en collectif.

Nous souhaitons ouvrir nos discussion à d’autres, et c’est pourquoi nous nous inscrivons dans les Semaines de la Folie Ordinaire Francilienne, dans la continuité de la précédente édition où était organisée une discussion sur l’ « E-santé mentale » avec le Collectif Écran Total qui lutte contre la numérisation de nos vies. Car c’est aussi grâce à cette rencontre que cette commission s’est constituée.

Nous aimerions déplier avec vous l’impact de ces logiciel en Psychiatrie sur les conceptions soignantes, le contrôle des équipe et des patients, la réduction constante des moyens alloués à la Psychiatrie et en quoi ils ouvrent sur de nouveaux marchés de la santé mentale.

Comment pouvons-nous réagir face à ce déferlement de l’informatique ? Nous imaginons actuellement construire ensemble une grève des données informatisées en Psychiatrie mais comment et de quelle façon ? Nous souhaiterions en débattre ensemble. Bien entendu, il s’agit aussi de penser les conditions matériels d’une psychiatrie à visage humain, respectueuse de l’histoire de chacun, et tourné vers l’accueil inconditionnel de la souffrance psychique.

Nous ouvrirons la séance avec une présentation de la Commission et des travaux en cours puis nous laisserons les présent.e.s prendre la parole, nous questionner, partager leur connaissances, témoigner etc.

Rendez-vous le mardi 24 mars de 19h à 21h30 au Shakirail, 72 rue Riquet 75018 Paris, proche de l’arrêt de Métro Riquet de la ligne 7 et de l’arrêt Marx Dormoy de la Ligne 12.

le programme des SDLFO Paris 2020

SDLFO idf du 15 au 29 mars 2020

affiche net

Suite au succès des éditions précédentes, les Semaines de la Folie Ordinaire franciliennes sont de retour en région parisienne du 15 au 29 mars 2020 !
Les Semaines de la Folie ordinaire (SDLFO) ont été créées en 2011 à Reims par le collectif Artaud, un collectif de patient(e)s et soignant(e)s, en contrepoint des « Semaines d’information sur la Santé mentale ».
Au travers de manifestations culturelles et artistiques, de rencontres et de débats, nous souhaitons questionner la politique dite de « santé mentale ». C’est l’occasion de créer et rendre visible des espaces libres, créatifs et politiques ; se redonner de l’air collectivement; se réapproprier les questions liées au soin et à l’accueil ; continuer à nourrir nos luttes et se raconter avec nos mots !
Si la question des discriminations a cette année été retenue comme thème par les Semaines d’Informations sur la Santé Mentale, nous chercherons à déplier ce concept : nous aborderons entre autres la question de la clinique décoloniale, celle des lieux d’accueil pour enfants et adolescents, la destruction du secteur public hospitalier, des initiatives nées dans les marges pour rester au plus près des besoins du terrain.
Peut-être que les SDLFO pourraient aussi se définir comme une tentative de construction collective des fragments d’un monde possible. La fabrique du commun ne passe pas que par les mots mais également par un faire ensemble : les débats, expositions et discussions s’articuleront cette année avec des moments privilégiant une créativité collective. Au travers de la fabrication d’affiches, de textes, de couleurs et d’idées, ces rencontres seront aussi l’occasion d’alimenter ensemble la lutte pour la construction d’un monde où les singularités ne seraient pas laissées à leurs solitudes.
En 2020, cette initiative se déroulera dans de nombreux lieux associatifs, militants, culturels et thérapeutiques en Île-de-France ainsi qu’à la Parole Errante à Montreuil et réunira différents collectifs et individus dont :
 
la Cantine des Femmes battantes de Saint Denis, le Collectif La Parole Errante Demain, le Collectif des Rhizomiques, Comme des fous, Corpus Fabrique/Cie Le Dithyrambe, Les Débordant.e.s, Les Désaxé.e.s,  des adhérent.e.s des GEMs d’Arnouville, Bobigny, Bondy, Épinay-sur-Seine, Montreuil et Saint-Denis, des adhérent.e.s du GEM « la Vague à l’âme » de Paris, l’HDJ et l’association « Et tout et tout » d’Asnières, l’HDJ de Bondy, Humapsy, le Lieu de Vie et d’Accueil du Roucous, les Nouveaux Cahiers pour la Folie, la radio Bruits de Couloir, la Trame, le TRUC, les Universités Paris 13 (Villetaneuse) et Paris 8 (St Denis)…Et un clin d’œil à nos ami.e.s d’Encore heureux !

le programme des SDLFO:

15 / 3 Théâtre de l’Opprimé – Paris 12ème

17h Passion selon Jean

Par le Collectif des Rhizomiques. Mise en scène d’Olga Jirouskova. Texte d’Antonio Tarantino. La pièce sera suivie d’une discussion.

Tarif spécial SDLFO : 10 € // du 11 au 15 mars

17 / 3 Université Paris 13 – Campus de Villetaneuse (93)

12h à 14h Café Expo

Présentation de son ouvrage Jean Dubuffet et la besogne de l’art brut. Critique du primitivisme par Baptiste Brun, enseignant-chercheur à l’Université Rennes 2 et à l’Ecole du Louvre. Rencontre-débat animée par Pascale Molinier, professeure de psychologie sociale à l’Université Paris 13 (UTRPP*).

14h – 15h Vernissage de l’exposition « A Tire – d’Aile » proposée par les GEMs* du territoire

89433481_102468411383924_243092297095315456_n

19 / 3 Université Paris 8 – Saint Denis (93)

13h30 à 15h Enregistrement public de l’émission de radio Bruits de Couloir de la Trame avec Pierre Johan Laffitte et des étudiant.e.s en sciences de l’éducation

Librairie Folies d’Encre – Saint Denis (93)

18h à 21 h Paysages de la Folie Ordinaire

Rencontre organisée par la Trame autour de Lucien Bonnafé et du désaliénisme. En présence de Franck Chaumon, psychanalyste, Stéphane Gatti, Pierre-Vincent Cresceri et Jean-Baptiste Leroux, auteurs de Lire Lucien Bonnafé, enquête réalisée à la Parole Errante en 2005

20 / 3 Campus Condorcet – Aubervilliers (93)

9h à 18h Journée Gisela Pankow : Être et faire, organisé par l’UTRPP* de l’Université Paris 13

21 / 3 Cinéma Jean Vilar – Arcueil (94)

15h30 Accueil

16h Projection de Mémoire de sauvageons (2002, 52´) de Sylvie Gilman et Thierry De Lestrade suivie d’un échange en présence d’anciens jeunes et ami.e.s du Centre Familial De Jeunes de Vitry-sur-Seine et le Plessis-Trévise, animé par les collectifs Les Débordant.e.s et Les SDLFO* Tarif unique : 3,65 €

18h Poursuite des échanges autour d’un verre et d’une petite restauration par des étudiants de l’IRTS* de Montrouge

Flyer semaine Folie ordinaire 2020 mémoires des sauveageons

23 / 3 Gymnase – Pierrefitte (93) infos à venir sur sdlfoparis2018.wordpress.com

Foot en Folie organisé par Comme des Fous

13h45 On se retrouve

14h On s’échauffe et on joue !

24/ 3 Shaquirail Paris 18e

19h à 21h30 Discussion à partir de la présentation de la Commission contre les outils gestionnaires du Printemps de la Psychiatrie : « Comprendre la logique gestionnaire à l’aune du Recueil d’Informations Médicales en Psychiatrie (RIM-P) et se donner les moyens de lutter contre l’informatisation et la marchandisation des soins psychiques. »

25 / 3 GEM* La Vague à l’Ame – Paris 20e

14h La Cantine des Pyrénées se trouve à 500m de la Bouquinerie. Alors rencontrons-nous..Vous êtes les bienvenu.e.s !

26 / 3 La Parole Errante – Montreuil (93)

18h30 Table ronde dans le cadre de l’atelier des Désaxé.e.s : Pour une clinique décoloniale, en présence de Malika Mansouri, Psychologue, psychanalyste et Maîtresse de Conférence /HDR (Université Paris Descartes) et Thamy Ayouch, Psychanalyste et Professeur (Université Paris Diderot) 

20h30 Repas à prix libre concocté par la Cantine des Femmes battantes de Saint Denis (93)

Avec nos invité.e.s, nous interrogerons les effets des discriminations issues entre autres de l’histoire coloniale et de la pensée universaliste et normative dans le domaine du soin psychique.

Penser à partir d’un prisme décolonial suscite des résistances dans beaucoup de champs intellectuels, comme dernièrement dans ceux des soins psychanalytiques et psychiatriques.

Pourtant l’approche décoloniale, tout comme les catégories épistémologiques de « genre » et « race », nous permettent de questionner les processus de domination qui sont à l’œuvre dans les hôpitaux, les cabinets ou les autres lieux de soin autant que dans le reste de la société ; catégories entendues non pas comme identités essentialisées mais comme dynamiques et résultant des relations de domination.

Comment transcrire les thèmes issues des théories post-coloniales et décoloniales à la clinique ? Comment créer les conditions nécessaires à  une pensée clinique qui entende les subalternités ?

27 / 3 Hôpital de jour de Bondy (93)

14h Lecture publique de poèmes écrits par des poètes noirs d’Afrique, d’Amérique et des Îles, par les patients et soignants de l’Hôpital de jour, suivie d’un goûter. Cette invitation est le second volet des lectures faites l’an passé au sein des SDLFO*

La Parole Errante – Montreuil (93)

18 h Vernissage de l’exposition collective

19h Projection de Grande Fugue (2019, 48´) de Sarah Klingemann. Suivie d’une discussion avec la réalisatrice et des personnes présentes dans le documentaire.

20h30 Repas à prix libre préparé par la Cantine des Femmes battantes

21h Projection de Au dos de nos images (2019, 74’) de Romain Baudéan. Suivie d’une discussion avec le réalisateur.

28 / 3 – Week-End à la Parole Errante – Montreuil (93) –

10h Le TRUC (Terrain de Rassemblement pour l’Utilité des Clubs) rend visite et accueille les SDLFO avec café et viennoiserie. Lecture du manifeste puis discussion.

13h Repas à prix libre préparé par la Cantine des Femmes battantes

14h30 Le café des Errant.e.s : Temps commun d’accueil des participant.e.s et présentation de la journée

15h Après-midi de fabrication pour se donner forme, être-là ensemble, on fait ou on fait pas : Affiche / Banderole / Bricolage radio / Collage / Faire Terre Fanzine / Massage et yoga / Théâtre-forum en lien avec la pièce Passion selon Jean

Et des ateliers où on parle plutôt : Pratiques d’Auto-support avec Agathe de Comme des Fous / / Discussion sur les expériences vécues en psychiatrie à partir du livre Soigner à tout casser. La dignité de la personne à l’épreuve de la psychiatrie lourde de Clara Frost et Vera Netelzang ainsi que d’éventuels partages d’expériences de la psychiatrie présenté par Anne et Pierre-André

18h Visite de l’exposition et échanges avec les artistes

19h Apéro

20h Repas à prix libre par la Cantine des Femmes battantes

21h CONCERTS

/ GÉOMÉTRIES /

Chants et quadriphonie quadrumène en bandes magnétiques et outils acoustiques

Accrochés aux falaises face au thoracique panorama, les bagues de glaise forme de cube. Chaque cube nous laisse un seul geai. Mais, mimétique équin l’écume à tout angles. Alors ça ira. En poches les dimensions souples. Velours vers. Les courbes nos nervures, adouci l’atout cœur.

/ BREIZH NAPOLI /

Chants à écouter et à danser de Bretagne et du Sud de l’Italie: https://www.breizhnapoli.fr/

29/03 Week-End à la la Parole Errante (suite) – Montreuil (93)

13h30 Café des Errant.e.s : Temps commun d’accueil des participant.e.s et présentation de la journée

14h Rencontre avec « Le Roucous »

Invitation du Lieu de Vie et d’Accueil (LVA) « Le Roucous », qui accueille des enfants en Aveyron depuis 30 ans en marge des établissements de santé. L’équipe vient raconter son expérience et partager ses questionnements.

15h30 Processus néo-libéraux dans les lieux de pratique du soin

Dans un contexte où les objectifs affichés par le ministère de la santé sont la lutte contre les discriminations alors que les gouvernements continuent à attaquer les systèmes de solidarité (caisse des retraites, hôpital public,etc.), le débat tendra à rendre visible les logiques des politiques de santé et de leurs financements ainsi qu’a déplier la façon dont elles impactent le lien social et les conceptions du soin psychique.

17h Performance Makina burleska, la machine burlesque – Conception Catherine Vallon

18h30 Apéro de fin de SDLFOF* 2020

EXPOSITIONS

/// Du 16 au 27 mars de 10h à 17h :

« A Tire-d’Aile » exposition de cartes postales proposée par les GEMs* et le service culturel de l’Université Paris 13

Université Paris 13 – Café expo du Campus de Villetaneuse

De 10h à 17h

Vernissage le 17 mars à 14h

/// Du 18 au 24 mars :

Exposition photographique du CFDJ*

Galerie de l’Espace Jean Vilar – Arcueil

/// Du 26 au 29 mars :

Exposition photographique du Centre Familial De Jeunes + Exposition collective

La Parole Errante – Montreuil

Vernissage le 27 mars à 18h

Visite collective et paroles des auteur.e.s le 28 mars à 18h

Stands à La Parole Errante

Samedi 28 et dimanche 29 mars

/ Bouquinerie de la Vague à l’Ame et Rayon magique

/ Les Cordels de nos ami.e.s d’Outils du Soin

/ Revue Institutions

/ Revue Les Nouveaux Cahiers pour la Folie

/ Association & Label Margins

LIEUX DES RENCONTRES

ARCUEIL (94)

Cinéma Jean Vilar – 1 rue Paul Signac

RER Arcueil-Cachan

Sortie en queue de train quand on vient de Paris

AUBERVILLIERS (93)

Campus Condorcet – 5 Cours des Humanités

M° Front Populaire – L 12 (sortie 2)

BONDY (93)

Hôpital de Jour – 16 rue du Breuil

Tram T1 Arrêt Pont de Bondy

Ou RER E Arrêt Bondy puis 10 mn à pied

MONTREUIL (93)

La Parole Errante -, 9 rue François Debergue

M° Croix de Chavaux – L 9

PARIS (75)

Cantine des Pyrénées – 77 rue de la Mare – 20e

M° Jourdain – Ligne 11

Gem* La Vague à l’Ame – 32 rue des Couronnes 20e M° Couronnes – Ligne 2

Théâtre de l’Opprimé – 78 rue du Charolais – 12ème M° Reuilly-Diderot – L1, L8

PIERREFITTE (93)

Gymnase : Voir le blog sdlfoparis2018.wordpress.com

SAINT-DENIS (93)

Librairie Folies d’Encre – 14 place du Caquet

M° St-Denis Basilique – L13

Université Paris 8 – 2 rue de la Liberté

M° St-Denis Université – L13

VILLETANEUSE (93)

Université Paris 13 – Café Expo du Campus de Villetaneuse – 99 avenue Jean-Baptiste Clément

Tram T8 et T11 Villetaneuse Université

ouTrain H Arrêt Epinay Villetaneuse puis 15 mn à pied

CFDJ : Centre Familial De Jeunes

GEM : Groupe d’Entraide Mutuelle

HDJ : Hôpital de Jour

SDLFO : Semaines De La Folie Ordinaire

SDLFOF : Semaines De La Folie Ordinaire Franciliennes

TRUC : Terrain de Rassemblement pour l’Utilité des Clubs

UTRPP : Unité Transversale de Recherche Psychogénèse et Psychopathologie

IRTS : Institut Régional du Travail Social

Participent aux Semaines de la Folie Ordinaire franciliennes 2020 :

le Collectif La Parole Errante Demain / la Cantine des Femmes battantes de Saint Denis / Collectif des Rhizomiques / Comme des fous / Corpus Fabrique – Cie Le Dithyrambe / Les Débordant.e.s / Les Désaxé.e.s / Humapsy / des adhérent.e.s des Gem* d’Arnouville, Bobigny, Bondy, Épinay-sur-Seine, Montreuil et Saint-Denis / des adhérent.e.s du Gem* « la Vague à l’âme » de Paris / l’Hdj* et l’association « Et tout et tout » d’Asnières / Radio Sans Nom / l’Hdj* de Bondy / les Nouveaux Cahiers pour la Folie / le Lieu de Vie et d’Accueil du Roucous / la radio Bruits de Couloir / la Trame / le Truc / les Universités Paris 13 (Villetaneuse) et Paris 8 (St Denis) / Etudiant.e.s de l’IRTS* de Montrouge … Un clin d’œil à nos ami.e.s d’Encore heureux…

SDLFO (Paris ), 15 / 3 Théâtre de l’Opprimé – Paris 12ème

15 / 3 Théâtre de l’Opprimé – Paris 12ème
 
17h Passion selon Jean par le Collectif des Rhizomiques.
Mise en scène d’Olga Jirouskova, texte d’Antonio Tarantino.
Moi-Lui, un schizophrène qui se prend pour le Christ et Jean, son infirmier qui se perd dans les méandres de
la hiérarchie institutionnelle psychiatrique. Avec ironie, tendresse et humour féroce, l’auteur retrace les
étapes de cette Passion là. Joutes et actions improbables, burlesques, les deux complices créent un langage
poétique d’un monde à part. Nous cherchons à tendre le miroir à notre société qui nie non seulement la folie,
mais envisage d’éliminer toute anomalie, tous ceux qui échappent à la norme, qui ne tiennent pas le pacte
social. Or, reconnaître l’altérité c’est de reconnaître l’importance de l’apport unique d’un être différent à la vie
de la cité.
La pièce sera suivie d’une discussion.
Tarif spécial SDLFO : 10 € // du 11 au 15 mars.
Passion affiche jpeg

vendredi 20 mars 2020 à Aubervilliers.

 Makina burleska sera jouée le dimanche 29 mars à 17 h à la Parole Errante.

20 mars 2020

Journée Gisela Pankow : être et faire 

9h Accueil
9h30 Pascale Molinier Psychologue, professeure de psychologie sociale, UTRPP, Paris 13

Ouverture de la journée

Paula Ignacio Psychologue, doctorante au laboratoire UTRPP, Paris 13

L’œuvre Gisela Pankow

Claire Nioche-Sibony Psychologue, psychanalyste, MCF en psychologie clinique, UTRPP, Université Paris 13.

Gisela Pankow, philosophe des formes et du mouvement

10h45

Pause

11h Christian Chaput Psychiatre, membre de la Société de Psychanalyse Freudienne

Le vivant, l’existant, le pulsionnel dans la pensée de Gisela Pankow

Créativité, phantasme, corps à corps dans la psychothérapie analytique des patients psychotiques

12h Discussion
12h30

Pause Déjeuner

 

14h Table Ronde 1 : Une clinique créative

modératrice : Fréderique Débout Psychologue, MCF au CNAM

Dominique Mazéas Psychologue, MCF en psychologie clinique

Danser la rencontre avec des enfants autistes : émergence des images du corps dans le mouvement partagé 

Brigitte Maugendre Psychiatre, psychanalyste

Transmission de l’enseignement de Gisela Pankow

15h30 Discussion
15h45

Pause

16h Table Ronde 2 : Les ateliers et la greffe de transfert 

modérateur : Jean-Michel de Chaisemartin Psychiatre, BREST

Paula Ignacio Psychologue, doctorante au laboratoire UTRPP, Paris 13

Être écriture, faire greffe

Kéren Alcântara Psychologue, doctorante au laboratoire UTRPP, Paris 13

Être-avec et faire ensemble : l’image du corps dans l’atelier vidéo

Christophe Mugnier Psychologue et Clarisse Monsaingeon animatrice du GEM d’Epinay

Radiophonie, circulations et greffes de transfert 

17h45 Luc Sibony Psychologue, psychanalyste, doctorante au laboratoire UTRPP, Paris 13

Conclusion de la journée

 

Gisela Pankow

Être et faire

Gisela Pankow est l’un des grands noms de la psychothérapie des psychoses. Née à Düsseldorf en 1914 et décédée à Berlin en 1998, elle a principalement travaillé en France dès les années 1950. Neuropsychiatre et de solide formation scientifique et philosophique, assistante du Professeur Kretschmer avec qui elle publie, Gisela Pankow s’engage dans une formation psychanalytique dès 1944, et l’on voit poindre l’influence de la phénoménologie de Husserl, de L. Binswanger, et de la Daseinanalyse. Son œuvre est ainsi une synthèse originale, libre et souvent critique, des intuitions les plus fortes de la clinique psychiatrique, de la philosophie et de la psychanalyse du 20ème siècle.

Arrivée en France, elle rencontre les fondateurs de la jeune Société Française de Psychanalyse : Daniel Lagache, Françoise Dolto, Jacques Lacan. Son propre enseignement se poursuit dans un cadre hospitalier et universitaire, en France et en Allemagne. Son séminaire de formation, qui se tient chez elle, accueille des participants de tous les horizons, jusqu’à la fin de sa vie. Elle laisse une œuvre écrite importante (livres, articles, conférences, en plusieurs langues), et a formé des générations d’analystes à la psychothérapie psychanalytique des psychoses.

L’univers psychotique est comme un monde en ruine. Le corps vécu est dissocié et la destruction des processus de symbolisation fait disparaître les chaînes d’association. Dans cet univers fragmenté, les débris du corps perdent leur lien avec la totalité pour réapparaître dans le monde extérieur. Dans cette intériorité constamment menacée, comment restituer l’unité perdue ? Comment avoir accès à l’expérience de la psychose ? Pankow distingue deux voies pour accéder à la compréhension de la psychose : le chemin du dehors, de la classification psychiatrique, et le chemin du dedans, une vraie « descente aux enfers » avec le patient. Là, au niveau de l’être-ensemble du thérapeute et du patient, elle cherche à observer, à décrire plus qu’à interpréter ; elle cherche le « comment », plutôt que le « pourquoi ».

Sa méthode de « structuration dynamique de l’image du corps » a élargi les champs cliniques et théoriques de la psychanalyse pour penser le propre de l’expérience du corps et du langage dans les psychoses. C’est au niveau du corps, comme vécu corporel, qu’il est possible d’introduire une dialectique dans le monde de la fragmentation. La technique de « structuration dynamique » est un travail de mise en relation entre les parties est possible par l’intermédiaire des « greffes de transfert ». C’est le début d’un processus de symbolisation.

Les concepts d’image du corps, de phantasme structurant, de greffe de transfert, de même que son usage célèbre de la pâte à modeler, tout cela à la fois a tissé une tradition théorico-clinique – où se côtoient les noms de Minkowski, Merleau-Ponty, Frieda Fromm-Reichmann, Oury, Winnicott… – et se révèle d’une inventivité toujours actuelle. Sa pensée a fortement influencé le champ de la psychothérapie institutionnelle en contribuant à la création d’autres concepts comme le « transfert dissocié » et la notion de « greffe de l’espace de dire », institués au niveau du travail concret du collectif institutionnel.

Penser aujourd’hui avec G. Pankow est tenir le champ de la psychothérapie des psychoses dans l’ouvert. Ses concepts sont des outils vivants pour penser d’autres modes de « greffer » et d’autres manières de l’être-là-avec pour accéder au vécu psychotique. L’originalité de sa méthode et de sa théorisation nous invite à remettre en mouvement l’inventivité de notre clinique.

Résultat de recherche d'images pour "MAKINA BURLESKA Machine joyeuse"

MAKINA BURLESKA Machine joyeuse du désir

La Machine burlesque

Voici la machine à jouer comment ça marche ?

Conception Catherine vallon

Avec Agathe Paysant Alban Gérôme Aliénor de Mezamat Cynthia Gromy Françoise Feraud Jules Lanzaro Marc Bertin Nicolas Thévenot Ugo Vouaux-Massel

pour jouer de tout et de rien
à jouer comment ça marche et plus ça rate et plus ça joue !
Machine poétique éco-solidaire éco-sophique Le propre de cette machine est de faire jouer ensemble l’humain et le non humain. Elle obéit au principe de : ce qui est joué est ce qui nous joue. Elle produit le soulèvement de la matière et la libération des flux. Les lieux, les objets s’animent et nous ré inventent en des chorégraphies de l’espace

Vimeo : https://vimeo.com/25146480caval

CONTACTS : Catherine Vallon Cie le dithyrambe catherine.vallon@free.fr ledithyrambe@gmail.com

Programme SDLFO Francilennes 2019

18/3 La Parole Errante – Montreuil (93)

19h30 Apéro/Inauguration des Semaines de la Folie Ordinaire Franciliennes

20h Projection de Un petit peuple qui va là-bas (2018) de Catherine Vallon suivie d’une discussion avec la réalisatrice

19/3 Université Vincennes à Saint Denis (93) Paris 8

Salle de cinéma – Batiment Asalle A1-181

18h Projection-débat sur le thème de la folie autour du film La moindre des choses (1996) de Nicolas Philibert, en présence du réalisateur et de Linda de Zitter

21/3 Participation à la Manifestation du Printemps de la psychiatrie

Plus d’informations sur https://printempsdelapsychiatrie.org

Maison des Sciences de l’Homme (MSH) Paris-Nord – Auditorium –

La Plaine Saint Denis (93)

19-21h Débat Travail et temporalités entre Serge Volkoff et Paul Bretécher animé par Pascale Molinier

 

« Les temps qui servaient à préparer le travail, anticiper les incidents, vérifier un geste que l’on vient de faire ou une décision que l’on vient de prendre, rectifier ou peaufiner, mais aussi se concerter entre collègues, transmettre des savoirs, confronter et discuter des façons de faire, se réduisent ou disparaissent. Or c’est là, dans ces temps « non productifs », que se joue la qualité du résultat ».
Serge Volkoff

Dans un collectif de travail, pour autant qu’il existe, comment peut-on laisser place à l’initiative de chacun et respecter ses rythmes ? Faut-il un chef d’orchestre pour organiser l’ensemble ? Peut-on faire confiance à l’improvisation ?”
Paul Brétecher

C’est comme si tu étais un chef d’orchestre. Tu veux produire une musique donnée, une symphonie ou je ne sais quoi, une bonne interprétation. D’un autre côté, tu tiens à ce que tel personnage, très handicapé physique ou débile, soit à la batterie, à la grosse caisse. La logique de l’orchestre serait de le vider. Et bien non! Justement, il faut faire de la musique avec ce type de partenaire. Tout réinventer. Moduler complètement son écoute. ‘Ne pas avoir de préjugé démocratique’“.
Félix Guattari lors d’un entretien avec Danielle Sivadon à propos de la dynamique des clubs thérapeutiques conçus par Tosquelles

Serge Volkoff est statisticien et ergonome, chercheur invité au Centre d’Études de l’Emploi et du Travail.

Paul Bretécher est psychiatre, psychanalyste, cofondateur d’”Agapes”, entreprise d’insertion (1991-2011) destinée à des usagers de la psychiatrie.

Pascale Molinier est psychologue, membre de l’UTRPP, Paris 13.

Ce débat fait aussi partie du programme labélisé par l’axe 2 “Santé et sociétés” de la MSH Paris Nord : « Autour de l’évaluation des Groupes d’entraide mutuelle et du travail de care dans le champ de la santé mentale. Séminaire interdisciplinaire en psychologie, économie et gestion » coordonnée par Pascale Molinier et Nicolas Da Silva.

22/3 Hôpital de Jour (HDJ) – Bondy (93)

14h30 « Vous êtes invités à venir écouter l’atelier de lecture de l’hôpital de jour de Bondy.

Après avoir lu le scénario du film de Oumarou Ganda et Jean Rouch « Moi, un noir », nous sommes allés chercher des textes écrits par des poètes noirs d’Afrique, des Antilles, de Guyane et d’ailleurs. Nous lirons et chanterons leurs textes. Cette lecture est issue d’un travail fait en atelier depuis l’automne en compagnie de Leïla Lemaire et Stéphanie Béghain

N’hésitez pas à nous prévenir de votre venue au 01 48 49 44 26

Librairie Folies d’Encre – Saint Denis (93)

18h Lecture de textes des Nouveaux Cahiers pour la Folie et de Le Moulin à Parole par des membres du Service d’Aide à la Vie Sociale de Stains, des Groupes d’Entraide Mutuelle de Saint-Denis et d’Epinay-sur-Seine et des Nouveaux Cahiers pour la Folie. Suivie d’un échange à propos de pratiques d’écriture et de lecture

23/3 Cinéma Le Saint-André-des-Arts – Paris 6e

11h Projection de Rêver sous le capitalisme (2017 – 63′) de Sophie Bruneau suivie d’une rencontre avec la réalisatrice.

Douze personnes racontent puis interprètent le souvenir d’un rêve de travail. Ces âmes que l’on malmène décrivent, de façon poétique et politique, leur souffrance subjective au travail. Petit à petit, les rêveurs et leurs rêves font le portrait d’un monde dominé par le capitalisme néolibéral.

« Certains rêves me font voir un monde déraisonnable où la folie a pris le pouvoir ». « La réalité du labeur contemporain, managé jusqu’au trognon, déborde tant sur les affects qu’il n’existe plus d’espace où lui échapper même la nuit ». Sophie Bruneau dans CQFD n°172, janvier 2019

La Parole Errante – Montreuil (93) – Salle du haut

14-16h Participation à l’après-midi proposé par le Terrain de Rassemblement pour l’Utilité des Clubs (Truc), la Fédération des Exceptions (Fedexc) et le Mouvement pour un Printemps de la Psychiatrie

Cinéma Jean Vilar – Arcueil (94)

17h30 Projection de Camino (2018) de Catalina Vilar et Yves de Peretti suivi d’une discussion en présence du réalisateur, de Roger Ferreri, psychiatre,…

19h30 Poursuite des échanges autour d’un verre et d’une restauration

20h15 Projection de André Robillard, en compagnie (2018) d’Henri-François Imbert suivie d’une rencontre avec le réalisateur

24/3 Centre Social Autogéré – La Parole Errante – Montreuil (93)

15-16h30 Atelier collectif de découverte de la voix chantée par Ethel Brizard

Travail d’approche en groupe de la voix chantée par une reconnaissance sensorielle des différents espaces de résonance du corps. Exploration du cheminement corporel nécessaire à l’expression vocale et à son enrichissement

25/3 Café-Librairie Michèle Firk – La Parole Errante – Montreuil (93)

19h30 Lecture de J’écris cela et je ne sais pas encore, de et par Anne Grinfeld. « Pourquoi l’écriture dans un moment si difficile de ma vie ? Je voulais un crayon, pas n’importe lequel, et juste mon cahier. Rien d’autre. J’écris parce que cela me retient, comme une nécessité. Il y a donc ce journal intime, et sa reprise deux ans après pour y ajouter des morceaux de vie ».

20h30 Echanges avec la salle suivie d’un apéro

26/3 Université Paris 13 – Campus de Villetaneuse (93) – La Chaufferie

12-14h Présentation du livre collectif François Tosquelles et le travail en présence de Pascale Molinier et de l’équipe de Radio-Sans-Nom du Cattp d’Asnières

Club Via Nova – Paris 19e

13h30-16h30 Portes Ouvertes avec une lecture de textes de notre journal Escapades, et des livres issus de l’atelier d’écriture, la vente de journaux, de livres, de bijoux, une exposition d’oeuvres graphiques et de photos, un stand braderie et une cafétéria

28/3 MSH Paris-Nord – La Plaine Saint Denis (93)

9-18h Journée d’études Peut-on évaluer le travail inestimable? Organisée par l’Unité Transversale de Recherche : Psychogénèse et Psychopathologie et le Centre d’Economie de l’Université Paris 13

Université Vincennes à Saint Denis (93) Paris 8 –

Amphi X

15h Projection-débat sur le thème « une autre approche de l’autisme » autour du film Ce gamin-là (1976) de Renaud Victor, autour de la « tentative » de Fernand Deligny, en présence de Mireille Battut (La Main à l’Oreille), Cécile Bourdais, Bertrand Ogilvie et Valentin Schaepelink (Paris 8)

29/3 La Parole Errante – Montreuil (93)

14-18h Plateau radios avec Roue Libre (Gem de la Vague à l’Ame), Bruits de Couloir (la Trame), Radio-Sans-Nom (Cattp Asnières) et Radio Megalo (Centre Social Autogéré de la Parole Errante Demain). Et la Chorale des Gêneurs (Saint Denis) et…

18h30 Vernissage de l’exposition collective

19h30 Auberge espagnole « Ramenez vos fraises, tartes, gâteaux,… » et autres mets…

20h30 Projection/Rencontre et débat public autour du film Ici et maintenant, les anciens de la CT d’Aubervilliers sur le thème des ressources personnelles en s’appuyant sur l’expérience de rétablissement de personnes touchées par l’addiction avec comme invité.e.s d’ancien.ne.s usager.e.s, résident.e.s de Communautés Thérapeutiques, groupes d’auto-support, professionnel.le.s de santé de multiples disciplines et en présence du réalisateur jurl

30/3 Club des Peupliers – Paris 13e

14-18h Le Club in Vivo – Journée « Portes Ouvertes »

La Parole Errante – Montreuil (93)

14h Accueil/Café

PAROLES (EXTRA) ORDINAIRES DANS LA FOLIE ERRANTE – Temps 1

Face à l’E-santé, à la privatisation et à la déshumanisation des soins psychiques, comment résister et lutter pour des pratiques émancipatrices ?

14h30-18 h Temps d’échanges et plénière ouverts à la parole de tou.te.s, en présence d’acteurs.trices des luttes en cours dont celles du champ de la psychiatrie et de ses bords

Ateliers en petit groupe pour s’informer, analyser, créer, rêver, pratiquer,… et agrandir en commun la toile de fond de nos combats à venir !

18h Apéro

19h « Mer… Si », performance théâtrale écrite et interprétée par Lior (45′)

Le 28 Mars 2019 , 13.05 Gare de Lyon une femme descend du TGV en provenance de Marseille . Elle a une ligne tatouée sur la totalité de son bras droit , une ancre à L annulaire gauche . Elle vient passer quelques jours en périphérie parisienne . 

Elle dira « je viens reprendre ma ligne dans les zones d adolescence  » « Je pique des feuilles de papiers blanche là où je suis en mesure de le faire  » « je ne cours plus ! Je marche  » je ne cogne plus ! Je dépose les points  » 

Acte de folie ordinaire ou simple décision D en découdre avec le réel -le sien / le leur. Celui des   » les déplacements , les déplacés  » ou « Mer …Si  » .

20h Repas confectionné et servi par le collectif des Baras – prix libre

21h Ana & The Folk Songs

Solo folk

22h « Fest Noz » avec le duo KLP

Bal traditionnel breton

31/3 La Parole Errante – Montreuil (93)

12h30 Cantine à prix libre

13h30 Café avec La Fanfare Invisible

PAROLES (EXTRA) ORDINAIRES DANS LA FOLIE ERRANTE – Temps 2

Face aux discours dominants des « maladies mentales, maladies comme les autres », comment faire entendre d’autres conceptions de l’humain qui inspirent des pratiques respectueuses et émancipatrices ? Usager.e.s, professionnel.le.s, familles, tout le monde, on en discute !

14h-17h30 Plénière puis ateliers

18h Apéro avec Choeur de Vénères, Chorale de la Parole Errante

EXPOSITIONS

Du 12 au 22 mars : Exposition collective proposée par les Groupes d’Entraide Mutuelle de Seine-Saint-Denis et du Val d’Oise et le Service Culturel de l’Université Paris 13, avec la participation de l’Atelier thérapeutique de l’Hôpital de Jour Sandor Ferenczi (Asnières), et du foyer Isabelle (Bobigny), avec des étudiant.e.s de DUT2 Carrières Sociales

Université Paris 13 – Campus de Bobigny – Foyer du service culturel et Bibliothèque Universitaire Jean Dausset

Du lundi au vendredi de 10h à 17h

Vernissage le jeudi 14 mars de 12h30 à 14h30, rencontre avec les artistes et fresque participative

Du 29 au 31 mars : Exposition collective avec Isko Vahko dit Paco, YAN*, des membres du Club Via Nova, du Gem de Bobigny et de l’Hdj d’Asnières

La Parole ErranteMontreuil

Exposition ouverte lors des événements sur place

Vernissage le vendredi 29 mars à partir de 19h

Les Semaines de la Folie Ordinaire franciliennes 2019 sont portées par :

Humapsy, le Collectif psy-soin-accueil, des adhérent.e.s des Gem d’Arnouville, de Bobigny, de Bondy, d’Epinay-sur-Seine, de Montreuil, de Saint-Denis,le Gem « la Vague à l’âme », les Clubs des Peupliers et Via Nova, l’Hdj d’Asnières, l’atelier-lecture Hdj de Bondy, Le Centre Social Autogéré de la Parole Errante, Les Débordant.e.s, Les Désaxé.e.s, Le Collectif La Parole Errante Demain, les Universités Paris 13 et Paris 8, les Nouveaux Cahiers pour la Folie, les Radios et émissions de radios : Roue Libre (Gem de la Vague à l’Ame), Bruits de Couloir (la Trame), Radio-Sans-Nom (Cattp Asnières), Radio Megalo (Centre Social Autogéré de la Parole Errante Demain), la Radio Colifata, le Truc. Et un petit clin d’œil à nos ami.e.s du collectif Encore heureux.

 

DSCF6030

LIEUX DES RENCONTRES

ARCUEIL (94)

Cinéma Jean Vilar – 1 rue Paul Signac – RER Arcueil-Cachan

Sortie en queue de train quand on vient de Paris

BOBIGNY (93)

Université Paris 13 – Campus de Bobigny – 1 rue de Chablis –

M° Fort d’Aubervilliers + Bus 134, 234 ou 248 Arrêt Les Courtillères

Ou Tram T1 Arrêt Drancy Avenir

BONDY (93)

Gem – 158, rue Roger Salengro – RER E et Tram T4 Bondy

Hôpital de Jour – 16 rue du Breuil – Tram T1 Arrêt Pont de Bondy

Ou RER E Arrêt Bondy puis 10 mn à pied

LA PLAINE SAINT-DENIS (93)

Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord – 20 avenue George Sand

M° Front Populaire (sortie n°3 MSH) Ou RER B La Plaine – Stade de France puis bus 139 ou 239 arrêt Front Populaire – Proudhon ou Metallurgie

MONTREUIL (93)

La Parole Errante – 9 rue François Debergue – M° Croix de Chavaux

PARIS (75)

Cinéma Le St-André-des Arts – 30 rue St-André des Arts – 6e – M° St Michel

Club des Peupliers – 22 rue de la Glacière – 13e – M° Glacière

Club Via Nova – 32 allée Darius Milhaud – 19e – M° Ourcq ou Danube

SAINT-DENIS (93)

Librairie Folies d’Encre – 14 place du Caquet – M° St-Denis Basilique ou Bus 153 ou 253 Arrêt Basilique de St-Denis

Université Paris 8 – Rue Guynemer – M° St-Denis Université (face à l’université)

Ou Tram T1 ou T5 Arrêt Marché de St Denis + Bus 255 Arrêt St Denis Université

Ou RER D Gare de St Denis + Bus 255 Arrêt St Denis Université

VILLETANEUSE (93)

Université Paris 13 – Campus de Villetaneuse – 99 avenue Jean-Baptiste Clément – Ligne H Gare d’Epinay-Villetaneuse + Tram T11 Arrêt Villetaneuse-Université

Ou RER D / Ligne H Gare de St Denis + Tram T8 Arrêt Jean Vilar > proche de la Chaufferie

L’édition 2019 s’ouvre lundi 18 mars à 19h30

Suite au succès de l’édition 2018, les Semaines de la Folie Ordinaire sont de retour en région parisienne !
 
L’édition 2019 s’ouvre lundi 18 mars à 19h30 dans la grande salle de la Parole errante (9, rue François Debergue, m° Croix de Chavaux, Montreuil) avec la projection de « Un petit peuple qui va là-bas » de Catherine Vallon, suivie par une discussion avec la réalisatrice.
Au plaisir de vous y retrouver !
1552584385045blob.jpg

Fiction / Contemporain / 59 min / 2018

Le film nous entraîne dans l’étrange voyage d’une tribu, d’un petit peuple nomade qui n’a de terre que celle qu’il crée. Le film, cartographie de l’aventure poétique que Catherine Vallon, auteur-metteur en scène, a vécue avec les acteurs/patients de la clinique psychiatrique de La Borde, est une invitation à expérimenter les vertiges et les transports d’une réalité qui sans cesse nous échappe. Sur les pas d’un petit peuple en devenir.

Un film écrit et réalisé par Catherine Vallon / Produit par Gaëlle Jones – Perspective Film

Avec les comédiens/patients de la troupe de La Borde :

Noëlle D., Claire C., Nicolas G., Antoine P., Claire M., Claude R., Olivier T., Monique M., Robin L., Dominique R., Gérald B., Denise A., Solène L., François H.

Image Guillaume Bureau / Son Fabrice Naud / Montage Juliette Penant / Montage son Florent Klockenbring / Musique originale Philippe Allée


Les Semaines de la Folie ordinaire (SDLFO) ont été créées en 2011 à Reims par le collectif Artaud, un collectif de patient(e)s et soignant(e)s, en contrepoint des « Semaines d’information sur la Santé mentale ».

Au travers des manifestations culturelles et artistiques, des rencontres et des débats, nous souhaitons questionner la politique dite de « santé mentale ». C’est l’occasion de créer et rendre visible des espaces libres, créatifs et politiques ; se redonner de l’air collectivement; se réapproprier les questions liées au soin et à l’accueil ; continuer à nourrir nos luttes et se raconter avec nos mots !

Dans un contexte de luttes sociales intense, l’édition 2019 sera traversée par différents axes élaborés en amont et pendant les SDLFO : l’approche critique de la question du numérique – thème phare des SISM -, les auto-média, la précarité, les mots qui disent la maladie, le soin entre autonomie et contrainte, l’entre-aide etc…

 

Rêver sous le capitalisme de Sophie Bruneau

ALT-REVER-Affiche-web.jpg

Projection du film Rêver sous le capitalisme de Sophie Bruneau le samedi 23 mars à 11h au Saint André des Arts – Paris 6ème (M° Saint-Michel). La réalisatrice sera présente pour un temps d’échanges avec le publique après le visionnage du film.
Douze personnes racontent puis interprètent le souvenir d’un rêve de travail. Ces âmes que l’on malmène décrivent, de façon poétique et politique, leur souffrance subjective au travail. Petit à petit, les rêveurs et leurs rêves font le portrait d’un monde dominé par le capitalisme néolibéral. « Certains rêves me font voir un monde déraisonnable où la folie a pris le pouvoir ».« La réalité du labeur contemporain, managé jusqu’au trognon, déborde tant sur les affects qu’il n’existe plus d’espace où lui échapper, même la nuit. »
Sophie Bruneau dans CQFD n°172, janvier 2019.
 
  Ce film met en lumière les traces profondes qu’inscrivent, chez le sujet, les conditions de travail régies par le capitalisme, et comment il s’en défend pour ne pas voir l’insupportable, pour ne pas sortir de ce monde fou, jusqu’à ce que cela fissure, craquelle, implose comme en témoignent les rêves ici rapportés. Sophie Bruneau s’est inspirée du livre « Rêver sous le IIIeme Reich » de Charlotte  Beradt . On y découvre des rêves rêvés aux alentour de 1933 par des Berlinois qui donnent à voir de façon édifiante les effets du totalitarisme sur le psychisme. Ce livre et ce film se font nécessairement écho et laissent songeurs quant à ce qui se trame aujourd’hui…
Cinéma Le Saint André des Arts
30 Rue Saint-André des Arts, 75006 Paris
L’entrée sera à 6,50€.